Borea D’Olmo Palais


Le majestueux palais, qui représente l’édifice le plus important de la ville et le plus grand de toute Ligurie occidentale, a toujours été la luxueuse résidence de la famille Borea D’Olmo, une des familles les plus anciennes et les plus célèbres de Sanremo remontant au XVème siècle.

Le palais a cinq étages, est décoré par une grande corniche de l’époque de la Renaissance (en tout un périmètre de 185 m à environ 25 m du sol) qui s’harmonise avec la riche et étonnante décoration baroque des façades du dessous. Le complexe, autrefois entouré d’un parc et de grands terrains agricoles, disparus quand la ville s’est agrandie au XIXème, a été, à partir de la fin du XVème siècle, plusieurs fois agrandi, restauré, décoré différemment jusqu’à prendre, en pleine époque baroque, son actuelle physionomie architectonique.

L’entrée est marquée par deux portails en marbre du XIVème siècle donnant sur Via Matteotti et Via Cavour, avec les portes originales en bois recouvertes de fer à lamelles cloutées. Les deux grandes portes sont surmontées d’autant de niches qui abritent la statue de la Vierge avec son enfant sur la façade au sud et celle de Saint Jean-Baptiste sur le côté à l’ouest et qui, probablement, est en relation avec le prénom fréquemment porté dans le passé par d’illustres membres de la famille Borea. Toutes les deux sont attribuées au sculpteur florentin Frère Jean Ange de Montorsoli important apprenti de Michelangelo.

Du portail de la Vierge on peut accéder au monumental escalier-atrium « Génois » composé par deux salles, la première est caractérisée par une grande voûte à pavillon à lunette, la deuxième, en position postérieure par rapport à la précédente et légèrement surélevée, est couverte par des voûtes croisées soutenues par de fines colonnes en marbre. Un grand escalier d’honneur monte aux appartements supérieurs, où habitaient les membres de la famille tandis que les serviteurs vivaient dans les mezzanines simples et modestes.

 Le premier étage noble, qu’on ne peut pas aujourd’hui visiter car il est privé, a été transformé et décoré vers la fin du XVIIème siècle par le peintre génois Jean-Baptiste Marino. Parmi ces différents lieux on distingue en particulier la galerie ; celle-ci ornée de miroirs, de bustes et de tableaux représente une solution architecturale adoptée fréquemment dans les maisons baroques. Le même Merano a peint les « Storie della Passione » qui ornent la chapelle principale du premier étage, dont l’appareil décoratif comprend aussi un beau tableau de Van Dick représentant la Crucifixion.

Le deuxième étage noble, qui jusqu’à son transfert au palais Nota en décembre 2016 a abrité le musée municipal de Sanremo, présente outre une autre chapelle et de grandes salles richement décorées du XVIIIème siècle, la chambre à coucher qui est connue pour avoir hébergé le pape Pie VII, dans la nuit du 11 au 12 février 1814.

Malgré tous les dégâts provoqués par le tremblement de terre de 1787 et pendant la seconde guerre mondiale, le palais Borea D’Olmo s’est conservé jusqu’à aujourd’hui ; il a accueilli beaucoup de personnages illustres de passage dans notre ville comme le Pape Pie VII, la reine d’Espagne Elisabetta Farnese en 1714 et en 1756, le roi de Sardaigne Carlo Emanuele III de Savoie en 1746, l’Infant d’Espagne Philippe de Bourbon en 1747, le peintre français Jean Honoré Fragonard en 1773, la reine Marie Christine de Savoie en 1843 et le prince Philippe d’Édimbourg en 1948.

On sait que les  Borea d’origine bretonne occupèrent des charges importantes au Grand Conseil de Venise, entre le XIIème et le XIVème siècles, et  aussi en Romagne où  en 1420 le pape Martin V leur donna le titre de  noblesse.

En 1430 un membre de la famille Borea, Antonio Borea s’installa à Sanremo où il devint podestat et il fit construire un petit bâtiment à la Porte de Santo Stefano. A partir de ce moment la famille Borea demeura de façon stable à Sanremo avec beaucoup de membres de la famille.

La famille reçut le titre de marquis D’Olmo du roi de Sardaigne Vittorio Amedeo III le 6 juillet de 1773 et, en 1813 Tomaso Gio Batta, qui était alors maire de Sanremo obtint le titre de Baron de l’Empire français. Enfin en 1914 la famille obtint la dignité ducale du roi d’Italie Vittorio Emanuele III. Au cours de leur longue permanence dans notre ville les ducs Borea D’Olmo lui ont donné de nombreux personnages importants parmi lesquels des soldats, des hommes cultivés, des administrateurs et des maires.

Giovanni Da Mantorsoli

Giovanni Angelo Da Montorsoli (1507 – 1563), un des plus importants représentants du Maniérisme de Michel-Ange, a collaboré avec l’artiste à la réalisation de la sacristie nouvelle de San Lorenzo à Florence. Parmi ses œuvres on peut citer la fontaine d’Orion et du Neptune à Messine et le maître autel de l’église de Bologne de Santa Maria Dei Servi. Il est fort probable que Da Montorsoli ait dessiné les portails destinés à accueillir les sculptures que lui avait commandées la famille Borea.

La visite du Pape

Une chambre à coucher du palais, celle qui a reçu le Pape dans la nuit du 11 au 12 février 1914, est particulièrement suggestive. Elle est caractérisée par les décorations des voûtes montrant de nombreux anges danseurs se poursuivant dans le ciel. L’espace du lit apparaît séparé de l’antichambre par un arceau tandis que deux petites portes ouvertes sur les côtés permettent l’accès au cabinet de toilette et à la salle de bains. Après le départ du Pape, la famille Borea a fait mettre sur les portes de la chambre et du salon deux plaques commémorant le séjour du pape dans leur palais.